Navigation

Vous êtes dans : Accueil > Environnement > Eau et assainissement > Assainissement non collectif > Les filières d'assainissement non collectif

Les filières d'assainissement non collectif

Comment fonctionne l'assainissement non collectif ? Quel équipement choisir pour mon installation ? (tranchées d'épandage, filtres à sable, compact, à macrophytes, micro-station...)

Téléchargement

Tableau comparatif des grandes familles de filières :

Qu'est-ce qu'une installation d'assainissement collectif ? - Savoir décrypter les différentes installations pour bien choisir

Qu'est-ce qu'une installation d'assainissement non collectif ?

L’Assainissement Non Collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques. Ces dispositifs concernent les habitations qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel.

Les eaux usées traitées sont constituées des eaux vannes (eaux des toilettes) et des eaux grises (lavabos, cuisine, lave-linge, douche…). Les installations d’ANC doivent permettre le traitement commun de l’ensemble de ces eaux usées. Contenant micro-organismes potentiellement pathogènes, matières organiques, matière azotée, phosphorée ou en suspension, ces eaux usées, polluées, peuvent être à l’origine de nuisances environnementales et de risques sanitaires significatifs.

L’assainissement non collectif vise donc à prévenir plusieurs types de risques, qu’ils soient sanitaires ou environnementaux.

Savoir décrypter les différentes installations pour bien choisir

Pour que votre installation d'assainissement soit efficace, elle doit être bien conçue. Pour cela, vous devez identifier les contraintes et définir vos exigences avant de procéder à une sélection des technologies adaptés et de l'entreprise qui en assurera l'installation.

La collecte et le transport des eaux usées domestiques en sortie d’habitation sont réalisés par un dispositif de collecte (boite, etc.) suivi de canalisations.

Le traitement des eaux usées est réalisé soit:

L’évacuation des eaux usées domestiques traitées est réalisée en priorité par infiltration (1) dans le sol et à défaut à titre dérogatoire par rejet vers le milieu hydraulique superficiel (2) (cours d’eau, fosse…).

Le choix d’une installation d’assainissement non collectif dépend des paramètres suivants :

Dans le cas de la maison individuelle, le nombre de pièces principales (PP) permet de définir la relation avec l’équivalent-habitant (EH), selon la formule EH = PP. Dans les autres cas (gites, maisons d’hôtes…), il convient de se référer à une étude particulière pour définir la capacité d’accueil.

L’assainissement non collectif exige également une surface minimale sur la parcelle en tenant compte des distances à respecter vis-à-vis de l’habitation, des limites de propriété, des arbres, des puits, etc.

Quelles sont les différentes filières d'installation ?

Les tranchées d'épandage

À ne pas confondre avec des drains d’infiltration. Elles permettent, après une fosse toutes eaux, d’utiliser le sol en place pour épurer les effluents pré-traités en circuit fermé.

Il existe différents types d'épandages : normal, adapté à la pente, ramassé en lit d'épandage. Il doit être réalisé le moins profondément possible pour permettre une oxygénation et l'infiltration.

L'épandage est le meilleur système tant pour des raisons techniques (enfouissement du procédé, durée de vie) que pour des raisons financières (c'est le plus économique).

Malgré le fait qu'elle prenne de la place (plus de 100 m²), l'installation demande peu d'entretien mis à part une vérification et un nettoyage régulier du préfiltre et des regards. La fosse doit être vidangée lorsque la hauteur de boues accumulées atteint la moitié du volume utile de la fosse.

Les filtres à sable

C'est un système en sol reconstitué composé de gravier et d’un sable spécialement adapté.Un système de drains à la surface supérieure du sol répartit uniformément les effluents. Ceux-ci s'infiltrent à travers le sable qui héberge nos fameuses bactéries. Un entretien tous les 6 mois du préfiltre de la fosse toutes eaux évite le colmatage. Cette filière reste une des moins onéreuses.

Pour l'exutoire, plusieurs solutions sont possibles :

Filtre à sable drainé

Il récupère les effluents qui sont dirigés dans un fossé, dans une mare, etc. Il est parfois nécessaire d'installer une pompe de relevage en sortie pour réexpédier les effluents traités si le terrain est plat.

 

Filtre à sable non drainé

Le fond du terrain permet une évacuation naturelle dans le sol. Ce cas est peu fréquent.

Lit filtrant à flux horizontal

Ce dispositif est mis en place que dans quelques cas exceptionnels : sol inapte à l'épandage naturel et impossibilité d'installer un lit filtrant drainé à flux vertical. Ce système est constitué d'une succession horizontale de matériaux graveleux et sableux. Les effluents prétraités transitent sous une faible pente motrice.

Les filtres compacts

C'est une fosse toutes eaux surdimensionnée par rapport à la moyenne qui possède un substrat de filtration disposé dans une cuve ne prenant que 10 m² une fois celle-ci enfouie au sol. La composition du substrat peut varier : en zéolite, à coco, en laine de roche, en pin maritime ou en noisettes. Elle reste relativement chère à l’achat même si les prix tendent à baisser.

À noter que le substrat devra, dans les 8 à 15 ans après la mise en service, faire l’objet d’un changement par l’intermédiaire du couvercle sans détériorer le terrain.

Fosse et massif filtrant compact (coco, laine de roche, pin maritime, noisettes)

 

Filtre coco (Agrandir l'image). Filtre coco

Filtre laine de roche (Agrandir l'image). Filtre laine de roche

Filtre noisettes (Agrandir l'image). Filtre noisettes

Fosse et filtre à massif de zéolite

Il s'agit d'une pierre ponce (volcanique).

Les filtres à macrophytes ou "plantées de roseaux"

La phytoépuration est un système agréé depuis peu est similaire à la constitution d’un filtre à sable. Les plantes macrophytes qui colonisent le système se chargent d’aider à l’élimination des éléments bruts : les bactéries sont "hébergées" sur les rhizomes et les racines. C'est un peu la reconstitution d'un marais en miniature. Attention : les plantées de roseaux demandent autant de surveillance qu'un jardin et nécessite un minimum d'entretien de désherbage.

Les micro-stations

C'est une reproduction en miniature des stations d'épuration collectives. Il existe 2 types de micro-stations :

  • Les cultures libres qui comprennent essentiellement un ouvrage dans lequel sont maintenus des micro-organismes aérobies (qui ont besoin d'oxygène).
  • Les cultures fixées. Ce traitement se réalise dans un ouvrage qui comporte un support permettant la fixation et le développement des micro-organismes. Le système est conçu pour favoriser le contact entre les eaux usées, l'air environnant et les micro-organismes épurateurs.

Avec leur faible emprise en sol (3 m2), les micro-stations sont idéales lorsqu'il y a contrainte de surface et leur coût d’achat est environ le même qu’un filtre à sable.

Mais il ne faut pas oublier que c’est un système mécanique qui nécessite une électrification et des vidanges fréquentes. Il est le seul assainissement non soumis au prêt à taux zéro car consommant de l’énergie. Les pièces mécaniques sont à entretenir et des réglages doivent être effectués. Il est donc fortement recommandé de prendre un contrat d’entretien car la vidange est à effectuer 2 fois plus souvent qu’une fosse toutes eaux classique.

Micro-station à culture libre

Micro-station à culture fixée

Partager cette page

Coordonnées

Communauté de Communes Rumilly Terre de Savoie - 3, place de la Manufacture BP 69 - 74152 Rumilly Cedex - France
Téléphone : 04 50 01 87 00 Télécopie : 04 50 01 87 01

Télécharger la carte de visite (.vcf)

eZ Publish - © Citéo - Inovagora